Pages

GAINSBARRE 80

PIERRE TERRASSON SERGE GAINSBOURG PHOTOGRAPHY

Pierre Terrasson expose à l’occasion de la sortie du film de Joan Sfar 21 clichés rares et intimes de Serge Gainsbourg. Il signe l’une des séries photographiques mythiques de Serge durant la période de l’album «You’re Under Arrest».


“À notre première rencontre, il était photographe. J’avais peint le fond et il avait empoigné mon Nikon F2 avec son 24 mm. Chez lui, il avait le même. On était en terrain de connaissance, on parlait photo et peinture. Puis, on s’est revu, chez lui aussi. L’homme à la tête de chou a posé plus tard au commissariat d’Aubervilliers. Ils étaient au garde à vous quand on a franchi la porte ; là où ils m’avaient collé en garde à vue pour excès d’humeur un an auparavant, un jour de pluie. Un faux interrogatoire devant un faux flic : il jouait le jeu de l’acteur, souvent il mettait son oeil dans le viseur. Il s’esclaffait : “T’as bien la Marianne dans le cadre”, je lui disais “Oui Serge”. J’ai fini par mettre l’appareil sur un pied. Puis suivirent la compilation et la série de photos “You’re Under Arrest” prises sur fond de vinyles, dans mon studio.
 Pierre Terrasson





 Serge au Palace 1979

BIZARRE CE GAINSBARRE ! PAR ALEXANDRE DEVAUX ARTNET.FR

L'exposition Gainsbarre 80 débute le lendemain de la sortie en salle du film très attendu, Gainsbourg (vie héroïque) de Joann Sfar. Il s'agit d'une série de photographies de l'emblématique Gainsbourg shooté par Pierre Terrasson au cours des années 1980. En 1981, la gauche passe et Serge Gainsbourg devient Gainsbarre, « le cœur percé de part en part », préparant sa mort en grande pompe reggae, à coup de provocations définitives, qui font désormais le sel d'une nostalgie nauséabonde du côté des médias. Ce requiem pour lui-même, Gainsbarre le rédigea en chansons, en film, en musique, veillant toujours à ce que ses faits et gestes soient enregistrés par une caméra de télévision, un appareil photo, une plume journalistique. Aujourd'hui donc, nous disposons d'un matériel suffisant pour créer un mémorial Gainsbourg, dans lequel auraient leur place ces photographies de Pierre Terrasson. Du Palace en 1980 au Zénith en 1989, Pierre Terrasson fixe différentes humeurs d'un Serge Gainsbourg en proie aux déboires affectifs, à la maladie, aux excès et aux insuffisances, mais toujours prolifique professionnellement. C'est triste et fascinant, élégant ou de mauvais goût, « in & out », et tout cela prolonge l'aura d'une idole paradoxale. Lire cet article sur artnet.fr


LCI.FR - EMISSION "DEVANT, DERRIÈRE" PAR EVANGELINE BARBAROUX - SAMEDI 2 JANVIER 2010

Lui aussi dans son genre c'était une diva... Serge Gainsbourg revient sur le devant de la scène avec la sortie cette semaine du film de Joann Sfar "Gainsbourg vie héroïque" et c'est l'occasion de faire le point sur plusieurs expositions qui lui sont consacrées. En parallèle au film il y a d'abord ce livre de Joann Sfar Gainsbourg hors champ édité par dargaud. On retrouve son univers, ses croquis, ses aquarelles, c'est une sorte de journal du film, la préparation, le tournage, le idées multiples. Sfar a dessiné sur 43 carnets pendant 3 ans, c'est dire qu'il avait des dessins en stocks.Plusieurs FNAC en France proposent une exposition en partenariat avec la galerie Arludik qui montre une 20aine de dessins de Sfar avec des aquarelles en vente, 169 aquarelles signées par l'artiste avec 4 dessins différents pour 95 euros. Et puis sur Gainsbourg lui même à la Galerie Hautefeuille dans le 6è à Paris propose une exposition de photos réalisées par Pierre Terrasson. Il a suivi Gainsbourg dans les années 80 à l'époque de l'album you're under arrest. A cette époque Gainsbourg devient Gainsbarre son double provocateur qui fait la joie des plateaux télé. Pierre Terrasson, photographe amateur de rock (les Rita Mitsouko, Alain Bashung, et puis aussi James Brown et les Clash) va le suivre et fixer une part de l'imagerie gainsbourienne telle qu'on la connaît : Gainsbourg avec Jane (qui le quitte en 80), Gainsbourg et son clope, Gainsbourg menotté dans un commissariat, une image posée qui l'amusait beaucoup, éternel provocateur. Bref de quoi replonger dans l'univers du chanteur




Portrait yeux ouverts 1988 


Serge au commissariat d'Aubervilliers 1989